Florence Boisson

Photo d’art d’une artiste photographe

Florence est une personnalité irradiante, un sourire qui illumine, un rire débridé, une femme qui a connu un parcours universitaire, scientifique et artistique.

Florence, photographe & modèle

Toute l’œuvre photographique de Florence Boisson a donné lieu à cette chorégraphie à la fois unique, originale et terriblement maîtrisée : Florence crée seule et se photographie elle-même.

Florence la photographe, équipée d’un appareil photo argentique et d’un système de déclenchement à distance au pied – grâce à une poire reliée par un fil à l’appareil – Florence, dotée d’un sens aigu, presque inné, du cadrage, de la composition et du déclenchement va photographier Florence, chantre de la danse, qu’elle a enseignée durant des années, inspirée par les œuvres d’Isadora Duncan et de Loïse Fuller. Et le résultat est remarquable, Florence crée et propose une photographie d’art de mouvement et d’expression corporelle magnifiée par la présence et le jeu des voiles. Une photographie artistique mise en perspective dans les Alpes autrichiennes ou sur la terre brute des champs aux confins de Fontainebleau.

Florence, photo d’art & perception de l’invisible

Dans chacune des collections photos d’art présentées ici, Florence s’inscrit dans un continuum, un récit pictural où le début et la fin sont humblement suggérés mais largement interprétables. Cette boucle que l’on prend en route et que l’on quitte à loisir s’inscrit dans une sorte de mouvement perpétuel dans lequel sont alternativement présents l’introspection et l’expression affirmée, l’harmonie et le chaos intérieur…

Les photos artistiques de Florence sont des représentations puissantes destinés à l’interprétation. Tableaux expressionnistes qui nous invitent à l’introspection. En pleine nature, Florence était en quête d’élévation, d’unité du physique avec le spirituel.

A travers une œuvre picturale largement dédiée à la femme, au corps, à la nature, à la liberté… Florence nous invite à un voyage plus intérieur et nos sens sont mis en éveil.

Avec les voiles, l’invisible devient visible. L’observateur voit le vent, le sent parfois joueur, parfois tempétueux… Il perçoit l’humidité de la terre ou la température de l’air, tantôt rafraichissantes un soir d’été, tantôt glaçantes un après-midi d’hiver… Et qui n’entend pas le cri sourd de ce visage de voile dans la série « Je suis un tube » ?

Par la lumière, ses contrastes, les prises de vue, ses perspectives et lignes de fuite, chacun éprouve alternativement vertige, abandon et sentiment d’écrasement. On ressent les yeux grand-ouverts, on visualise les yeux fermés… Et si Florence réussissait à nous faire percevoir cette part d’émoi, préalable incontournable à tous processus créatif ?

Florence, photographe artiste éphémère

Florence a réalisé les séries photos et écrit les textes d’accompagnement présentés sur le site entre 1990 et 1995. Ces réalisations ont fait l’objet de plusieurs expositions.

À partir de 1996, Florence, va être touchée par une maladie envahissante qui va entraver sa démarche artistique. Mais elle aura la joie d’avoir avec son mari une fille, Fédora. Pendant ses 15 dernières années, elle pourra aussi avec sa famille s’émerveiller de la nature Corse, entre mer et montagne. Cette terre, avec ses pics déchiquetés, est surprenante à tous égards. L’Île de Beauté, souvent conquise mais jamais soumise, a longtemps inspirée ses photos. La Corse va lui offrir une bouffée d’air pur dans une terre de contraste et de caractère. Arpentant sa forêt dans le brouillard, sa beauté semblait presque irréelle, inatteignable. Florence est décédée en 2016.

Florence Boisson

Photo d’art d’une artiste photographe

Florence est une personnalité irradiante, un sourire qui illumine, un rire débridé, une femme qui a connu un parcours universitaire, scientifique et artistique.

Florence, photographe & modèle

Toute l’œuvre photographique de Florence Boisson a donné lieu à cette chorégraphie à la fois unique, originale et terriblement maîtrisée : Florence crée seule et se photographie elle-même.

Florence la photographe, équipée d’un appareil photo argentique et d’un système de déclenchement à distance au pied – grâce à une poire reliée par un fil à l’appareil – Florence, dotée d’un sens aigu, presque inné, du cadrage, de la composition et du déclenchement va photographier Florence, chantre de la danse, qu’elle a enseignée durant des années, inspirée par les œuvres d’Isadora Duncan et de Loïse Fuller. Et le résultat est remarquable, Florence crée et propose une photographie d’art de mouvement et d’expression corporelle magnifiée par la présence et le jeu des voiles. Une photographie artistique mise en perspective dans les Alpes autrichiennes ou sur la terre brute des champs aux confins de Fontainebleau.

Florence, photo d’art & perception de l’invisible

Dans chacune des collections photos d’art présentées ici, Florence s’inscrit dans un continuum, un récit pictural où le début et la fin sont humblement suggérés mais largement interprétables. Cette boucle que l’on prend en route et que l’on quitte à loisir s’inscrit dans une sorte de mouvement perpétuel dans lequel sont alternativement présents l’introspection et l’expression affirmée, l’harmonie et le chaos intérieur…

Les photos artistiques de Florence sont des représentations puissantes destinés à l’interprétation. Tableaux expressionnistes qui nous invitent à l’introspection. En pleine nature, Florence était en quête d’élévation, d’unité du physique avec le spirituel.

A travers une œuvre picturale largement dédiée à la femme, au corps, à la nature, à la liberté… Florence nous invite à un voyage plus intérieur et nos sens sont mis en éveil.

Avec les voiles, l’invisible devient visible. L’observateur voit le vent, le sent parfois joueur, parfois tempétueux… Il perçoit l’humidité de la terre ou la température de l’air, tantôt rafraichissantes un soir d’été, tantôt glaçantes un après-midi d’hiver… Et qui n’entend pas le cri sourd de ce visage de voile dans la série « Je suis un tube » ?

Par la lumière, ses contrastes, les prises de vue, ses perspectives et lignes de fuite, chacun éprouve alternativement vertige, abandon et sentiment d’écrasement. On ressent les yeux grand-ouverts, on visualise les yeux fermés… Et si Florence réussissait à nous faire percevoir cette part d’émoi, préalable incontournable à tous processus créatif ?

Florence, photographe artiste éphémère

Florence a réalisé les séries photos et écrit les textes d’accompagnement présentés sur le site entre 1990 et 1995. Ces réalisations ont fait l’objet de plusieurs expositions.

À partir de 1996, Florence, va être touchée par une maladie envahissante qui va entraver sa démarche artistique. Mais elle aura la joie d’avoir avec son mari une fille, Fédora. Pendant ses 15 dernières années, elle pourra aussi avec sa famille s’émerveiller de la nature Corse, entre mer et montagne. Cette terre, avec ses pics déchiquetés, est surprenante à tous égards. L’Île de Beauté, souvent conquise mais jamais soumise, a longtemps inspirée ses photos. La Corse va lui offrir une bouffée d’air pur dans une terre de contraste et de caractère. Arpentant sa forêt dans le brouillard, sa beauté semblait presque irréelle, inatteignable. Florence est décédée en 2016.

Florence Boisson

Photo d’art d’une artiste photographe

Florence est une personnalité irradiante, un sourire qui illumine, un rire débridé, une femme qui a connu un parcours universitaire, scientifique et artistique.

Florence, photographe & modèle

Toute l’œuvre photographique de Florence Boisson a donné lieu à cette chorégraphie à la fois unique, originale et terriblement maîtrisée : Florence crée seule et se photographie elle-même.

Florence la photographe, équipée d’un appareil photo argentique et d’un système de déclenchement à distance au pied – grâce à une poire reliée par un fil à l’appareil – Florence, dotée d’un sens aigu, presque inné, du cadrage, de la composition et du déclenchement va photographier Florence, chantre de la danse, qu’elle a enseignée durant des années, inspirée par les œuvres d’Isadora Duncan et de Loïse Fuller. Et le résultat est remarquable, Florence crée et propose une photographie d’art de mouvement et d’expression corporelle magnifiée par la présence et le jeu des voiles. Une photographie artistique mise en perspective dans les Alpes autrichiennes ou sur la terre brute des champs aux confins de Fontainebleau.

Florence, photo d’art & perception de l’invisible

Dans chacune des collections photos d’art présentées ici, Florence s’inscrit dans un continuum, un récit pictural où le début et la fin sont humblement suggérés mais largement interprétables. Cette boucle que l’on prend en route et que l’on quitte à loisir s’inscrit dans une sorte de mouvement perpétuel dans lequel sont alternativement présents l’introspection et l’expression affirmée, l’harmonie et le chaos intérieur…

Les photos artistiques de Florence sont des représentations puissantes destinés à l’interprétation. Tableaux expressionnistes qui nous invitent à l’introspection. En pleine nature, Florence était en quête d’élévation, d’unité du physique avec le spirituel.

A travers une œuvre picturale largement dédiée à la femme, au corps, à la nature, à la liberté… Florence nous invite à un voyage plus intérieur et nos sens sont mis en éveil.

Avec les voiles, l’invisible devient visible. L’observateur voit le vent, le sent parfois joueur, parfois tempétueux… Il perçoit l’humidité de la terre ou la température de l’air, tantôt rafraichissantes un soir d’été, tantôt glaçantes un après-midi d’hiver… Et qui n’entend pas le cri sourd de ce visage de voile dans la série « Je suis un tube » ?

Par la lumière, ses contrastes, les prises de vue, ses perspectives et lignes de fuite, chacun éprouve alternativement vertige, abandon et sentiment d’écrasement. On ressent les yeux grand-ouverts, on visualise les yeux fermés… Et si Florence réussissait à nous faire percevoir cette part d’émoi, préalable incontournable à tous processus créatif ?

Florence, photographe artiste éphémère

Florence a réalisé les séries photos et écrit les textes d’accompagnement présentés sur le site entre 1990 et 1995. Ces réalisations ont fait l’objet de plusieurs expositions.

À partir de 1996, Florence, va être touchée par une maladie envahissante qui va entraver sa démarche artistique. Mais elle aura la joie d’avoir avec son mari une fille, Fédora. Pendant ses 15 dernières années, elle pourra aussi avec sa famille s’émerveiller de la nature Corse, entre mer et montagne. Cette terre, avec ses pics déchiquetés, est surprenante à tous égards. L’Île de Beauté, souvent conquise mais jamais soumise, a longtemps inspirée ses photos. La Corse va lui offrir une bouffée d’air pur dans une terre de contraste et de caractère. Arpentant sa forêt dans le brouillard, sa beauté semblait presque irréelle, inatteignable. Florence est décédée en 2016.